Comment défiscaliser en 2020 ?

Vous avez reçu votre avis d’imposition sur vos revenus 2019. Malheureusement, ce montant ne peut être optimisé…

Mais pour les revenus 2020, il est encore temps de faire quelque chose : nous avons jusqu’au 31 décembre pour agir !

Quelle est la meilleure solution de défiscalisation ?

Elle dépend de votre situation personnelle, de votre tranche marginale d’imposition, de votre capacité d’épargne (actuelle et à venir). Et elle dépend aussi (et surtout !) de vos objectifs patrimoniaux !

 

L’immobilier : les délais sont courts !

Au vu des délais, il semble difficile d’investir dans l’immobilier pour défiscaliser les revenus de cette année. En effet, pour les dispositifs Pinel et Censi-Bouvard par exemple, la réduction d’impôt est accordée l’année de livraison du bien.

Donc sauf à trouver un bien, l’acquérir rapidement et que sa livraison ait lieu avant le 31 décembre, ce type de solution ne pourra pas « jouer » cette année.

Il n’est en revanche pas impossible d’étudier l’éventualité d’un tel investissement pour l’année prochaine, et pour les suivantes !

L’investissement dans les entreprises : pour le long terme

L’investissement dans les PME non cotées peut vous donner droit à une réduction d’impôt de 25 % du versement (sous conditions).

Il peut s’agir d’investissement en direct : il faut alors trouver une entreprise ayant besoin de capitaux. Ensuite, charge à vous de l’analyser pour vous assurer du potentiel de performance à terme.

Ou il est possible d’investir par le biais de fonds (FCPI ou FIP), qui vous permettent d’obtenir une réduction d’impôt de 25 % de la part de versement éligible (en fonction des fonds).

L’avantage est de déléguer le choix des investissements à un gérant professionnel.

Attention à la durée de ce type de fonds, qui est en général de 7 à 10 ans : l’investissement se fait pour le long terme.

De plus, s’agissant d’investissement au capital de PME, le capital n’est pas garanti. Si le gérant sélectionne des sociétés qui ne rencontrent pas le succès espéré, vous avez un risque de perte en capital.

A l’inverse, si le gérant sélectionne des sociétés en forte croissance dans les prochaines années, l’espérance de rendement est élevée.

Il faut donc valider le type de sociétés que le gérant va sélectionner. Et surtout, il faut que cet investissement corresponde à votre profil d’investisseur.

L’épargne retraite : votre impôt contribue à votre future retraite

En matière d’épargne retraite, depuis le 1er octobre 2020, seul subsiste le PER (Plan d’Epargne Retraite).

Ce PER permet de déduire de votre revenu imposable (dans certaines limites) les versements effectués. La réduction d’impôt dépend donc de votre tranche marginale d’imposition.

Exemple : si vous versez 10.000 € sur un PER, et que votre tranche marginale d’imposition est de 30 %, votre économie d’impôt est de 3 000 € (sous réserve du respect des plafonds de déductibilité).

Le PER est un produit de long terme. Vous récupérerez votre épargne au moment de votre départ en retraite sous forme de capital et/ou de rente viagère (capital ou rente fiscalisés).

L’intérêt de ce type de solution est donc « d’utiliser » votre impôt pour préparer un complément de retraite. De plus, s’agissant d’un placement de long terme, il est intéressant de diversifier votre épargne sur des supports actions, permettant d’envisager un rendement à long terme intéressant.

Et vos revenus actuels ?

Enfin, pour optimiser la fiscalité, une piste de réflexion peut être de vous intéresser à vos revenus actuels.

Ainsi, lorsque vous avez des revenus fonciers, il peut être pertinent de « basculer » en location meublée. Cela dépend évidemment du type de bien dont vous être propriétaires (tous les biens ne se prêtant pas à la location meublée), et demande une analyse et un accompagnement important.

Ou encore, la réalisation de travaux pour générer du déficit foncier peut vous apporter un gain fiscal important.

Enfin, pour des dirigeants d’entreprises, le recours à des dispositifs d’épargne salariale peut permettre de diminuer la pression fiscale (tout comme les charges sociales).

En résumé, il existe différents types de défiscalisation. Toutes ne sont pas adaptées à votre situation, à vos objectifs et à votre style d’épargnant/investisseur. Et le choix ne doit pas se faire que sous le seul éclairage de la fiscalité (sous peine de mauvaise surprise) !

Alors pour étudier votre situation, et vous proposer les dispositifs les plus adaptés à votre patrimoine : rencontrons-nous !

N’attendez plus pour réaliser vos projets !
Rencontrons-nous